les services la mairie Tourisme et loisirs les associations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
Les cookies de ce site sont destinés à facilité votre naviguation et améliorer la sécurité du site. Aucun d'eux n'est destiné à des fins d'affichages publicitaires. Ces cookies ne nous permettent pas de vous identifier. Un tracker est présent à des fins statistiques. aucune donnée personnelle n'est recueillie.

le-gite

×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

Les Curiosités

Charlotte

Le clocheton visible sur le toit de la mairie abrite une cloche baptisée "Charlotte".
Voici son histoire :
L'abbé Bedel avait libre disposition des clefs de l'église. Il refusa, après le changement du sacristain, sonneur municipal, de faire entendre le son de retraite annonçant la fermeture des établissements publics, cafés et auberges. Le conseil municipal décida donc le 26 avril 1879 d'installer la cloche de retraite à la mairie et une souscription fut ouverte à cet effet.

La voie romaine

Photo

 

 

 

 

 

Appelée "Chemin de La Chaussée", l'ancienne voie romaine reliait Coutances à Avranches. Elle franchissait la Sienne près de l'Epinay, contournait le bourg en formant une large boucle par le hameau du Clos et débouchait à la Croix-au-Potier.

La plaque Michelin

PLAQUE

Dès 1910, Michelinréclame la mise en place de bornes kilométriques numérotées permettant de suivre un itinéraire à l'aide d'une carte. L'administration, sollicitée, jugea l'idée extravagante et refusa.

Tenace, l'Auvergnat lance alors en octobre 1912, une campagne de pétitions à travers toute la France, récoltant plus de 200 000 signatures dont celle de Mr. Armand Fallières, Président de la République.
Il n'en faut pas davantage. Le ministère s'incline et signe en mars 1913 les décrets nécessaires à la généralisation du numérotage.
Michelin, vainqueur, est chargé de la fabrication des bornes.
C'est le début d'une nouvelle activité de la manufacture de Clermont-Ferrand. Différentes recherches de matériaux résistants aux chocs et aux intempéries (tôle émaillée, céramique, maçonnerie...) aboutissent vers 1920 au choix de la lave de Volvic émaillée, scellée sur le béton dont un exemplaire est toujours visible sur le mur du n°56 de la rue Principale.

Les hôtels

Hôtel au Gendre, hôtel Fourré, au Roy, Boscher, Jouenne, au Bas, Blanc, Jouvin.... Témoins des grands défrichements consécutifs à la guerre de cent ans, ces lieux-dits portent le nom de celui qui, le premier, bâtit sa demeure en ce lieu.