les services la mairie Tourisme et loisirs les associations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
Les cookies de ce site sont destinés à facilité votre naviguation et améliorer la sécurité du site. Aucun d'eux n'est destiné à des fins d'affichages publicitaires. Ces cookies ne nous permettent pas de vous identifier. Un tracker est présent à des fins statistiques. aucune donnée personnelle n'est recueillie.

le-gite

×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

Bourey (hameau de Cérences)

bourey 02 bourey 02 bourey 02

Curiosités et éléments du patrimoine Cérençais

BOUREY (hameau de Cérences)

Cette ancienne commune rattachée à Cérences en 1965 possède autour de son église, en bordure d'un chemin de randonnée balisé, un patrimoine intéressant qui mérite une attention particulière :

Les fonds baptismaux (XIVème)

Conservés dans l'église de Bourey, ils présentent quelque intérêt. La cuve est à quatre façades. Six petites arcatures ogivales, surmontée d'un trèfle, gravé en creux, tapissent chaque façade. La cuve reposait sur des colonnettes qu'on a brisées ou supprimées, et dont il ne reste plus que la base sur laquelle est déposé le chapiteau.

Julien Odet-Leboucher

 

odet

Né à Bourey le 14 juin 1742, Julien-Odet Leboucher était avocat au Parlement de Paris. Il fut le premier historien connu de la guerre d'indépendance de l'Amérique. L'histoire de la guerre en Amérique qu'il publia fut présentée à Louis XVI puis à Napoléon qui le nomma Chevalier de la Légion d'Honneur. Il aurait été chef de cabinet du ministre de la guerre sous Louis XVI. Il fut maire de Bourey.
Décédé le 23 septembre 1826, une colonne funéraire rappelle sa mémoire. Il existe aux Archives Nationales une notice historique de 1828.

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nez d'Argent, soldat intrépide

nez argent

Né à Bourey en 1774, Jacques Vibert participa à 13 campagnes sous la Révolution et l'Empire. Il fut blessé le 13 mai 1809 devant Vienne par un boulet qui lui enleva le nez, l'œil droit et une partie de la mâchoire. Le masque de métal qui recouvrait la partie mutilée de son visage est à l'origine de son surnom. Chevalier de la Légion d'Honneur, ancien lieutenant à l'Hôtel Royal des Invalides, il est décédé à Bourey le 9 mai 1844.
Il repose à l'ombre du clocher. Une stèle funéraire énumère la longue liste de ses campagnes militaires.