les services la mairie Tourisme et loisirs les associations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
Les cookies de ce site sont destinés à facilité votre naviguation et améliorer la sécurité du site. Aucun d'eux n'est destiné à des fins d'affichages publicitaires. Ces cookies ne nous permettent pas de vous identifier. Un tracker est présent à des fins statistiques. aucune donnée personnelle n'est recueillie.

le-gite

×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

L'église Notre-Dame

eglise cerences eglise choeur eglise charpente 01

eglise charpente 02 L'église actuelle date de plusieurs époques. La nef primitive qui fut érigée au début du XIIIème siècle, a été restaurée et considérablement modifiée, surtout au Sud, vers le milieu du XVIIIème. Sur le mur méridional, on lit encore la date de 1757. Le chœur est du début du XIVème s, il est voûté en pierres. La tour est carrée et se termine par un petit toit à huit pans, couvert en ardoises.
La sacristie a été construite en 1740 par Jacques Pinel, bourgeois de Thorigny, architecte et entrepreneur de bâtiments. Elle a été découverte et abaissée au niveau actuel en 1897 lorsque la fenêtre du sanctuaire a été réouverte.
En 1743, on plaçait les stalles (elles n'existent plus), les sièges et les lambris du chœur.
Une commande de la contre table du sanctuaire fut passée en 1753 avec le sieur Legendre, Maître menuisier de la ville de Caen. Il ne reste que le bel autel en bois qui a retrouvé, il y a quelques années, sa place dans le chœur. Il avait été remplacé en 1898 par le maître-autel en marbre et "dormait" depuis dans la chapelle du patronage.

Fragments d'un ancien retable

horlogeDécouvert dans un mur de la sacristie de l'église en septembre 1962, ce fragment de bas-relief est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1986. Il représente quatre apôtres, trapus, barbus, sous une arcature (suite de petites arcades) flamboyante.
Selon les spécialistes, le premier apôtre au crâne dégarni pourrait être St-Paul, le second tenant une lance serait St-Mathieu ou St-Thomas, le troisième serait St-Jacques avec son bâton de pèlerin et le quatrième, St-Barthélémy muni d'un coutelas.

Le coq de l'église - 1709 - (exposé à la Mairie

Datant de 1709, il avait été redoré en 1928 et réparé après la seconde guerre. Après avoir subi les intempéries et reçu quelques projectiles, le vieux coq, inscrit à l'inventaire des objets classés, est désormais confortablement logé à la mairie sur sa tige d'origine.
Le donateur était seigneur de Cérences de 1707 à 1713 comme l'atteste un manuscrit aux archives de la Manche, portant l'inscription :

DONUM DU SEIGNEUR ADHEMARY LE COQ HUIUS ECCLESIE PATRONI 1709

"DON DU SEIGNEUR ADHEMARD LE COQ PATRON DE CETTE EGLISE 1709"

La statue de Notre-Dame de Cérences

Donnée selon toute vraisemblance par Jehan du Bois, chevalier, seigneur de Pirou qui était devenu seigneur de Cérences en 1507 par son mariage avec l'héritière des seigneurs de notre paroisse, Jeanne de Carbonnel.
Le donateur s'est fait représenter à genoux aux pieds de Notre-Dame, et son blason, écartelé de celui de son épouse, est sculpté aux pieds de la Vierge.
La Mère de Dieu est représentée debout. Son front porte un riche diadème où les étoiles se marient avec les lys. Son visage, qui respire la noblesse et la bonté, est encadré par une abondante chevelure. Dans sa main, elle tient une pomme, emblème de la nature humaine souillée par le péché. Elle présente notre nature à son Fils qui la régénère par la grâce de l'Esprit Saint, figuré lui-même par la colombe que l'Enfant Divin tient dans ses mains.

  • Autres éléments :
  • La porte romane du XIIème siècle.
  • Deux tableaux : "La prédication de St-Jean-Baptiste", "La résurrection du Christ"